Le développement de la vitesse

La vitesse est définie comme la distance parcourue par unité de temps, alors que la vitesse multidimensionnelle peut être définie comme une série de mouvements complexes dans le laps de temps le plus court possible. Plus particulièrement, c'est la capacité à changer la direction ou l'orientation du corps en fonction des informations internes et externes, sans perte significative de vitesse. 

Différents types de vitesse : 

Vitesse d'action : agir aussi vite et efficacement que possible dans le jeu, grâce aux capacités techniques et tactiques et la condition physique. 


Vitesse d'action avec une balle : courir à la vitesse d'action maximale avec une balle, ainsi qu'exécuter des mouvements de vitesse sans balle. 


Vitesse de réaction : répondre rapidement à une action non-anticipée 


Vitesse de décision : réagir aussi rapidement que possible pour prendre une décision efficace face à la multitude de possibilités. 


Vitesse d'anticipation : basée sur l'expérience et les connaissances réelles, permettre les actions des adversaires ou des équipiers et la progression du jeu. 


Vitesse perceptuelle : assimiler, analyser et rapidement utiliser des informations concernant l'évolution du jeu via les sens (vision et audition) 


Vitesse mentale : rapidement analyser (capacité de perception et d'anticipation) une situation de jeu et réagir rapidement par une action efficace ou une « décisions rapide ». 

Vitesse 

Les Facteurs Déterminants de la Vitesse 

Une vitesse de course élevée ne suppose pas seulement de bons facteurs de vitesse, mais aussi entre autres des qualités de force, physiques, de coordination, techniques et une économie de course. 

  1. Vitesse de réaction : Réagir le plus vite possible au signal donné 
  2. Faculté d’accélération : La capacité la plus importante à un sprinter en pleine accélération, liée à la force des jambes, et au saut horizontal et vertical. 
  3. Entraînement de force : L'entraînement de force vise l'amélioration de la vitesse, en particulier de la force explosive et pliométrique. 
  4. D'un point de vue biomécanique : c'est une activité alactique du fonctionnement du métabolisme anaérobie qui utilise des composés de phosphate (ATP, CP) créant de l'énergie. 

Analyse systémique de la vitesse 


Éléments mathématiques et mécaniques 

Puissance = force X vitesse. 

Vitesse = Distance / temps 

Force = masse X accélération 

Travail = Puissance X temps 



Activités Bioénergétiques 


L'intensité maximale de course provoque une dégradation rapide des composés de créatine phosphate (CP) et une baisse de la vitesse en même temps. Les réserves de CP sont reconstituées très rapidement car elles sont indispensables à la re-synthétisation de l’ATP. 

Sexe et Âge : La vitesse de base est le facteur de performance physique qui réduit et augmente en fonction de l'âge ; cela est principalement dû à la perte de force et à la détérioration des facultés de coordination liées à l'âge 

Vitesse de transmission nerveuse : Les athlètes pratiquant la vitesse de force ou développant des types de forces pour des disciplines spécifiques ont des transmissions nerveuses diminuées ou augmentées en fonction du type de fibres impliquées, en particulier les fibres de type 2. 

Élasticité, Extensibilité et Relâchement Musculaire : Si les capacités d'élasticité, d'extensibilité et de relâchement sont insuffisantes, cela réduira l'amplitude et détériorera la coordination 

À propos des échauffements : la température augmente dans les muscles. La température doit être optimale, lente, progressive.

Épuisement ou Fatigue : La fatigue provoque une plus grande réduction des réserves d'énergie et une plus grande acidité des muscles. La vitesse maximale ne peut pas être atteinte en état de fatigue car les processus de contrôle du système nerveux central sont affectés et ne peuvent assurer la coordination nécessaire au développement d'une grande vitesse.


Adaptations neuromusculaires 

  • dépend principalement de la capacité de coordination, comme le processus de neuro-régulation - muscle 
  • augmente les fibres (type 2, grandes fibres musculaires FT)
  • augmente le rythme de développement de la force 
  • améliore la conductivité nerveuse 
  • augmente et améliore la sollicitation et l'enrôlement des unités motrices 2 (spatiales et temporelles) 
  • améliore la synchronisation des muscles 
  • freine les cellules de Renshaw qui contribue à la coordination 
  • augmente le cycle d'étirement/raccourcissement 

Impact de l’entraînement de Vitesse 


  • La répartition de fibres musculaires et la structure de l'innervation sont génétiquement déterminées. 2 types de fibres contenues dans les muscles montrent que la proportion de fibres responsables de la contraction rapide a un impact positif direct sur la vitesse motrice. Les sprinters nés ont un pourcentage de fibres 2 plus élevé.

  • Un entraînement de vitesse ou de force ciblé peut augmenter la coupe transversale des fibres musculaires FT de type B, qui sont essentielles à la vitesse.

  • L'entraînement pour les enfants, y compris l'entraînement de vitesse : les stimuli créés très tôt en tant qu'amusement ont un impact important sur le niveau de vitesse et la vitesse de force de l'enfant.

Entraînement de vitesse 


  • On pense que ces effets à court terme sont le résultat de changements dans les facteurs neuronaux. Des études ont montré que l'entraînement de la résistance sur le court-terme peut augmenter la production de force en absence d'hypertrophie.
  • Bien que les facteurs neuronaux ne soient pas très bien définis, ces gains de force précoces sont attribués à une augmentation du niveau d'activation musculaire maximal.
  • L'entraînement de grande vitesse avec de faibles charges est lié à la capacité à rapidement produire de la force, et cette capacité est impliquée dans les activités quotidiennes aussi bien que dans la pratique de sports d'athlétisme.
  • Les exercices de grande vitesse ont pour résultat des adaptations spécifiques de grande vitesse et devraient être utilisés pour essayer d'améliorer des mouvements de grande vitesse.
  • De plus, l'entraînement de courte durée est très efficace pour développer une grande adaptabilité des facteurs neuronaux, ce qui augmente les performances en l'absence d'hypertrophie musculaire.

 François Ferré, formateur de l'équipe SSCS Training pour le Diplôme de Préparateur Physique

Découvre nos formations


Partager ce message


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

1 commentaire

  • Super article !

    • Sébastien