Tu as une question sur:

- Les formations
- Les possibilités de paiement

Notre équipe est disponible 7/7 de 9H à 19H

01 89 16 50 10
06 37 24 37 00

Numéro service client gratuit

L’alimentation du sportif en pré compétition

Lors d'une compétition sportive, il s'agit de mettre tous les atouts de son côté. La préparation physique est primordiale avant une compétition. Il faut non seulement être en pleine forme - et pour cela dormir suffisamment, bien entraîné mais aussi veiller à son alimentation.

  • Quel était l'objectif de cette phase ?

L'objectif pour tous les sports d'endurance est de maximiser son stock de glycogène, c'est à dire augmenter ses

réserves de glucides stockés au niveau de l'organisme, au niveau du foie et surtout des muscles.


Plus les réserves vont être importantes au départ de la compétition, plus le sportif sera capable d'effectuer un effort de haute intensité dans la durée, en effet les glucides sont le meilleur carburant énergétique à l'effort, celui permettant un effort de plus haute intensité dans le temps.


Nous allons aborder la dernière semaine avant l'effort, même si ce qui va réellement nous intéresser, sera les 3 derniers jours avant le jour J.

Alors pourquoi la dernière semaine ?


Parce que ce qui a été longtemps à la mode et qui est moins utilisé aujourd'hui se déroulait sur 7 à 8 jours c'est le régime dissocié scandinave.

  • Pendant la semaine avant l'épreuve

Avant la compétition sportive, mieux vaut redoubler d'attention avec l'hygiène alimentaire, ça n'est pas le moment de prendre le risque d'une intoxication ! Au cours des trois premiers jours, il faut conserver une alimentation normale équilibrée avec 50 à 55 % de calories glucidiques. Mais ensuite augmenter cette proportions à 65 à 70 % en consommant plus de pâtes, de riz et de pain, de façon à favoriser la synthèse du glycogène. En même temps, la prudence guide à éviter les aliments qui risquent de perturber la digestion (produits fumés, faisandés, fermentés, épices, légumes à goût fort, tout ce qui est très gras (fritures, viandes et charcuterie grasses) et bien sûr l'alcool.
  • Le repas avant l'épreuve

8 à 12 heures avant la compétition sportive, un repas copieux doit être pris et se composer d'une grosse platée de pâtes (150 à 400 g), de viande, d'un produit laitier, d'un dessert riche en glucides lents (riz au lait, tarte, gâteau de semoule ou de riz, pain d'épice, etc.), de fruits ou d'un jus de fruit et d'eau. Tout ceci étant mangé lentement et calmement.


Partager ce message